Un peu de vocabulaire

J'avoue que dans ce billet je mélange un peu les termes : Open source, gratuit, libre. bien que différents, je vais parler d'une façon générale des différents moyens de gagner de l'argent quand on fait un logiciel libre et / ou open source.

Gagner de l'argent avec de l'open source

Le modèle de licence des logiciels propriétaires est appelé EULA (End User License Agreement) en anglais et traduit par CLUF (Contrat de Licence Utilisateur Final) en français. Le principe est très simple : Donne moi de l'argent en échange de mon logiciel. et maintenant débrouille toi avec ce que je t'ai vendu ! Microsoft, comme comme beaucoup d'éditeurs de logiciels propriétaires fonctionne de cette façon. Le principe est simple et le modèle économique évident : l'achat !

Lorsqu'on développe un logiciel open source, il faut se creuser un peu plus les méninges. Comment un logiciel gratuit et dont le code est disponible peut rapporter de l'argent ? pourtant ce modèle est déjà rependu dans notre quotidien, mais peut être ne vous en rendez vous plus compte :

  • Les journaux quotidiens gratuits (20 minutes, Direct soir, métro)
  • Google Maps
  • Firefox et Thunderbirds
  • Wikipédia

Les différents modèles

Voici quelques modèles utilisés pour gagner de l'argent avec de l'open source / libre :

  • Support Ware : Donnez nous de l'argent et nous répondrons à vos questions (au moins nous ferons de notre mieux). mail, téléphone, forums, peu importe. Red hat fonctionne sur ce principe.
  • Product Ware : Le logiciel est gratuit, vous achetez juste 'le matériel' dans lequel il tourne . Android, Google Apps & Search Appliance utilise ce principe (Google ne fournit pas l'hébergement)
  • Cloud Ware : Donne de l'argent pour ce que le logiciel. L'argent ira je ne sais où (dans les nuages ;) ), mais tu auras le bénéfice des retombées. SugarCRM est basé sur ce modèle.
  • Project Ware : Besoin de réaliser un projet ? nous pouvons le faire pour vous en open source ! Payez nous pour notre travail et pour le projet. IBM réalise des tonnes de projets sur ce modèle
  • SaaS Ware : Notre logiciel est un logiciel de service (SaaS : Software as a Service), vous pouvez le louer à l'heure, à la semaine, au mois,....Ce modèle est très populaire. Zoho comme beaucoup d'autre fonctionne sur ce modèle. Geonames, lui mise sur des données édités par tous et fournit des services gratuits et payant par dessus.
  • Ad Ware : Vous ne payez rien, les agences publicitaires le feront pour vous. c'est le modèle principale de Google (bien que pas open source ;) ).
  • Sugar Daddy Ware : Le logiciel a un papa bien veillant. Eclipse est développé par IBM. Open Office par Sun / Oracle. Ne vous souciez de rien, papa est là, il assure l'évolution du logiciel.
  • Foundation Ware : Le logiciel est supporté par une fondation. Il a beaucoup de contributeurs et de donateurs. Apache, Mozilla, Wikipedia sont parmi les plus connues.
  • Beg Ware : Donner nous de l'argent, aucune raison invoquées, juste donnez nous de l'argent. c'est le modèle le plus répandu pour les projets de petites tailles.
  • Tchotchke Ware : Le logiciel est payé par l'achat de goodies (Tshirt, stylo, mug, ...), Allez visiter le magasin en ligne de google ou d'ubuntu
  • Let’s Make a Deal Ware : Les développeurs supportent le coût de développement jusqu'à ce que d'autres le fasse, Wordpress, Drupal ont commencés comme cela. Sourceforge héberge des tas de projet basés sur ce modèle

Cette liste n'est pas exhaustive. et certains logiciels / distributeurs cumulent les modèles pour maximiser les revenus. Il est cependant à noter que ces modèles sont relativement fragiles et les revenus non maitrisés. Les dons sont assez sporadiques, et le site de wikipédia nous incite souvent à faire des dons en mettant en avant combien "il manque dans la caisse" :

wikipedia banner

Le monde du libre et du gratuit me parait vraiment être une bonne chose : Lorsque l'on voit encarta qui a fermé son site à cause de Wikipedia, je me dis que la force du libre est la sensation que le travail qu'on fournit va servir à tout le monde. Les gens sont prêts à s'investir si des sociétés ne s'engraissent pas sur leurs dos. Mettre un logiciel en open source apporte son lot d'avantages : on décuple le nombre de personnes, de contributions, d'idées, la réactivité dans la résolution de bugs, et on diminue aussi le nombre de développeurs à payer...

Des problème peuvent également apparaitre. Dans un système décentralisé, lorsque les personnes responsables du projet prennent des chemins différents, comme ce fut le cas de Mambo et Joomla. Dans ce cas une guerre s'ouvre et les utilisateurs subissent les dommages collatéraux : Lequel choisir, le projet est il viable, ne va-t-il pas s'arrêter, quel est le meilleur ? Les problèmes peuvent aussi apparaitre pour les prises de décisions : Quand tout le monde décide, plus rien n'avance si les gens n'arrivent pas à se mettre d'accord.

Je me pose également une question : "En ce qui concerne les données gratuites, à qui appartiennent les données et qui en a la responsabilité" ? une réponse idyllique serait "à tout le monde", sauf que ces données sont bien stockées quelque part, et si ces hébergeurs / fondations venaient à cesser d'héberger ces données, il y aurait toujours les backups, mais qui supporterait le coût de l'hébergement, qui reprendrait ces données ? (une société, une fondation existante ou nouvelle, une personne dont les motivations sont autres?) Les données de Openstreetmap et Geonames, par exemple, me semble quand même bien centralisées (plus que Wikipedia). Si ces sites venaient à fermer il n'y aurait que leurs licences pour les protéger. une protection suffisante ?